Evaleon, un monde sur lequel vous apprendrez à vivre d'une manière ou d'une autre. Suivre des cours dans une école militaire ou vivre une vie normal de ce monde !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Coucou l'ami. [Pv Hirvin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sloan Bleyn

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 25/10/2015

MessageSujet: Coucou l'ami. [Pv Hirvin]   Lun 12 Déc - 1:00

Cela devait faire une semaine que les cours avaient commencés, Sloan de son coté avait d’abord préparé le terrain, ses cours à lui ne commenceraient réellement que quand les élèves seraient prêt un peu plus physiquement. Négliger son corps et son esprit n’était pas bon d’après lui. De plus en vérité ses cours commenceront dans une semaine. Il n’avait pas chomé, en fait… Il avait eut le temps de mémoriser le dossier de la plus part des élèves, leurs noms et prénoms. Cela n’était pas le plus important sur le coup. Aujourd’hui, sa mission était simple, voir un bon vieux camarade. Hirvin, Celui ci était devenu professeur de sport, ce qui n’avait pas réellement surpris Sloan, le passé des deux avaient été commun un temps, les retrouvailles devaient se faire ! Bien que les deux avaient changés en quelques années, l’homme à la chevelure rouge était facilement reconnaissable. En fait niveau couleur de cheveux, certains pouvaient se demander si il n’était pas de la même famille que son vieil ami. Mais non, Hirvin et Sloan n’avait pas de lien de parenté. C’était mieux ainsi en un sens, peut être que si jamais ils auraient été frères, l’entente aurait été différente.

Sloan traîna dans sa salle de classe, observant les manuels devant lui, il avait prit le temps d’en lire certains, les manuels sous son nez n’étaient autre que des manuels pour faire cour et honnêtement… C’était inutile à ses yeux. D’un soupire, il prit la décision de sortir et d’aller fumer en extérieur, observant un court instant le ciel d’un léger sourire qui lui était si habituel, le ciel était beau et dégagé, nul ne pouvait saisir l’importance d’apprécier le ciel. Car pendant un laps de temps cela ne lui était pas arrivé de le voir ! Qu’importe son passé que nul ne connaissait, même ses amis n’en savaient rien. Sauf certains mais qui eux l’avaient connu à l’armée, Sloan restait quelqu’un de discret sur sa vie après tout, les élèves savaient seulement qu’il était un ancien militaire mais sans plus. Dans la plus grande des délicatesses, il alluma enfin la cigarette qu’il avait entre les lèvres, n’hésitant pas à observer vers le gymnase, là où devaient courir sûrement les élèves ayant sport. Il devait être un bon neuf heure dix du matin. Chose qu’il vérifia sur sa montre, il ne c’était pas trompé. Ses pas vinrent le mener vers le terrain où les élèves semblèrent courir autour.


« Ils doivent s’amuser eux. »

Cette phrase ne pouvait être entendu que de lui même, suivant donc son envie, il vint à se poster non loin des élèves, mais caché de la vue d’Hirvin, effectivement, il était en retrait par rapport à se dernier. Pourquoi ? Surprise ? Non… Sloan prit donc la peine après un court instant d’éteindre sa clope et d’avancer pour se mettre à la droite d’Hirvin. Il ne fallut que quelques secondes pour lui avant de lâcher d’un air léger et ravit.

« Ils sont lent non ? »

Le regard se tourna vers son ami, d’un léger sourire et tirant un peu sur sa cigarette, il souffla la fumée en retournant de nouveau son regard vers les élèves. Les pauvres semblèrent exténués, ce qui vint rappeler les début merveilleux de son ami en sport, il l’avait déjà vu courir. Mais Sloan n’était pas là pour parler de ça, alors que les élèves semblèrent souffrir de courir. Sloan lui les envia légèrement, car à coté l’armée c’était plus dur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hirvin VonIrir

avatar

Messages : 13
Ton perso en 3 mots. : Fumeur, Grincheux, Sensible
Citation : Ne laisse jamais tomber.
Date d'inscription : 21/08/2016

MessageSujet: Re: Coucou l'ami. [Pv Hirvin]   Lun 12 Déc - 2:35

Je n'entendais qu'une voix me murmurer pendant mon sommeil et quand j'ouvrais doucement les yeux, elle se tenait à côté de mon lit, avec un doux sourire et notre enfant dans ses bras... Je tendais alors doucement la main vers elle et la faisait glisser sur le matelas, l'enlaçant elle et l'enfant délicatement pour une étreinte dès plus tendre et protectrice.

" Tu me manque Mary... "

Je me réveillais alors doucement, me surprenant à avoir blottit la couette contre mon buste. Lentement, je poussais un soupire triste, un soupire lassé d'une personne qui se sentait terriblement seul.
J'observais avec la vision légèrement trouble un cadre photo posé sur ma table de nuit, celle de ce qui aurait dû être ma femme aujourd'hui. D'un geste dès plus délicat, je fis pencher le cadre pour que la partie visible de la photo soit contre le bois du mobilier puis je mis mes lunettes.

6 heures 10. Je n'ai plus envie de dormir, je n'y ai même pas goût... Un autre soupire s'arrachait à moi, je sortis de la chambre en m'étirant, encore un peu ensuqué. La première chose que je fis était de saisir mon paquet de cigarette sur la table de la salle et de me diriger à la fenêtre de ma cuisine. En l'ouvrant, je fus saisie par la fraîcheur de l'extérieur, c'était assez agréable de respirer l'air frais et humide de la rosée du matin. Le soleil commençait tout juste à se lever à cette heure-ci, le ciel avait des teintes de rose, de bleu et de violet. C'était magnifique...

J'aspirais quelques bouffées de ma cigarette en observant le paysage, mon jardin était très vaste... Je ne regrette vraiment pas de m'être posé ici, d'avoir acheté cette maison.

Après cette note plutôt douce, je partis me préparer. Je n'étais pas se genre de personne qui était là à se négliger avant de partir à mon travail... J'avais d'ailleurs beaucoup de remarque positive sur mon hygiène, notamment des commentaires débiles du genre.

" Tu sens bon pour un professeur de sport ! "

Pourquoi, parce-qu'il faut une mention spéciale " je ne connais pas le savon " à mon diplôme pour être prof de sport ? Non mais sans blague. Bande de crétin...
Avant de partir, je mis du café chaud en thermos et pris ma voiture, un vieux modèle très bien entretenu. Alors que je me rendais à mes cours, je sirotais mon café tranquillement.

7 heures 02, je sortais de mon véhicule en observant les environs. J'avais la sincère impression que ma journée allait être particulière, allez savoir pourquoi...
Je fis quelques pas quand je sentis quelqu'un me prendre par l'épaule. Je me tournais alors doucement pour voir deux grands gaillards me toisais du regard.

" Eh m'sieur, c'est à toi la voiture ? "


Diantre, je crois que des êtres tente de communiquer...

" Oui, elle est à moi en effet pourquoi ? "


Je répondais d'une voix assez froide qui s'accordait parfaitement à l'expression de mon visage.

" Elle est à vendre. "

" Ah non, elle n'est pas à vendre. "

" Je crois que le m'sieur a pas compris... "
Répondait-il d'un air amusé à son ami avant de reposer le regard sur moi. " C'était pas une question. Tu me la rachète combien ? "

Je craignais avoir mal-entendu... Il veut donc que je rachète MA voiture ? Mais en quel honneur ? Sur le coup de l'aberration, je lâchais un " Pardon ? " très sec qui commençait à se teinter d'agacement.

" Ouai c'est ça excuse toi. Si tu me rachète pas la voiture, sa côte risque de descendre à l'argus, ça serait triste. A combien on la vend la voiture Jeck ? "

" Ils viennent des bobos de Perce-Ciel, 10 000. "

" Voilà, 10.000 offre de base. Si tu veux pas que ça augmente, t'a intérêt à trouver le fric et vite. "

" Hm... Donc bon, je suppose que c'est toi le chef de votre équiper de débile ? "

" C'est moi le chef de la bande ouai, pourquoi, pourquoi t'a peur ? Alors, mes 10.000, ils sont où ? "


Alors c'est lui le chef de la bande, c'est parfait... J'avais justement besoin de me défouler, n'ayant pas eu le temps de faire mon sport hier soir à cause de retard imprévu. Mon visage passait d'une froideur à un tout autre expression.


Je mis sans aucun ménagement un coup de tête dans le nez de cet Al'Capone en carton bon marché qui de se faite, recula un bon coup en se le tenant. Je voyais déjà le plus jeune derrière commencer à angoisser, mais des ailes lui poussèrent vu qu'il fonçait sur moi. Surement le faite qu'il pensait qu'en étant en surnombre, il allait forcément s'en sortir.

Alors qu'il s’apprêtait à me décocher un coup de poing de tout son élan, je me contentais de me tourner à 90° pour saisir le bras de cette brave personne et lui accentuer sa course vers mon genoux que je venais de relever, il se le prit dans le bas des côtes avant de se ramasser lamentablement au sol en gémissant de douleur.

" Bien, bien bien... "


J'ouvris mon paquet de cigarette et pris le temps d'en allumer une et de la mettre à ma bouche avant de saisir le jeune homme à terre et de le traîner alors qu'il reprenait à peine son souffle pour qu'il rejoigne son ami entrain de tenir son nez qui saignait.

" Tu sais, il va pas tomber ton nez mon grand. Pas besoin de le tenir. "


Alors que le jeune homme se délectait d'un doux verbiage à mon égard, il voulu sur le coup de la colère me donner un coup de poing. C'est mignon. J'esquivais de la même manière que le coup précédent, mais au lieu de me contenter de donner un simple coup aux côtes, je saisis son oreille en plein vol puis je pris celle de son petit camarade à terre pour le relever.

" Vous payez combien pour le droit de regard sur ma voiture ? "


Les deux jeunes couinaient alors.

" Je n'ai pas entendu... "


Je fis alors entrechoqué les têtes en ayant maintenant leurs cheveux dans mes poings. Je réitérais alors la question et le même geste tant qu'il ne m'avait pas répondu.

" Si vous n'avez rien, des excuses suffisent, je suis d'humeur miséricordieuse aujourd'hui. Enfin, se mot doit-être inconnu à vos oreilles bande d'abrutis... "


Il ne suffit que d'un dernier geste brutal pour rapprocher les deux têtes pour qu'ils hurlent leurs excuses de manière affolé.
Parfait, ils avaient dû comprendre après le dixième entrechoc de front...

" Je vois que vos cerveaux se sont remis en place. Je commençais à croire qu'ils étaient inexistant. Parfait. Vous pouvez partir et si je vois une seule égratignure sur ma voiture, je serais où vous retrouvez messieurs. "


Je les relâchaient brutalement à terre en ne me souciant même pas de savoir si ils étaient restés en position fœtal à terre ou s'ils avaient fuit... Je me contentais de souffler la fumée de ma cigarette en l'éteignant sur la partie en acier de ma boîte à mégot avant de la ranger dedans et de me rendre à mes cours.

La matinée se déroulait bien, les élèves avaient finis par être plutôt obéissant malgré leurs rentrer en matière dès plus catastrophique pour moi. Aujourd'hui, c'était endurance, après les avoirs échauffer de manière basique, ils étaient désormais à devoir courir autour du terrain pendant 15 minutes. Manière pour moi de tester leurs efforts depuis le début de mes cours. Hm... Peux prodigieux.

Mais au moins, ils obéissaient et donc j'étais plutôt clément.

" Courrez à votre rythme les andouilles, ce n'est pas une course, mais de l'endurance ! "


J'étais extrêmement concentré, il ne fallait pas que je loupe des détails. Savoir les meilleurs en sport, les pires... Il fallait bien que j'adapte mon programme et ma façon de réagir à chacun de mes élèves. Si je les prenaient pour des moutons tous au même niveau... J'en ferais juste des incapables...

« Ils sont lent non ? »


Avant même d'avoir tilté sur la voix de la personne, je répondais d'un air blasé en ne lâchant pas mes élèves du regard.

" Oui, ça en devient désolant. "

Soudainement, mes yeux s'écarquillèrent et je tournais mon regard vers celui qui avait lancé ses mots avec sourire.

" Sloan ! Oh, salut l'ami. "


Je lui serrais la main, sans pour autant détourner totalement l'attention de mes élèves. C'était sincèrement une bonne surprise pour moi de le voir ici devant moi. Je l'avais croisé très rapidement dans la salle de réunion et je n'avais eu le temps que de lui dire bonjour comme la plupart de mes collègues à se moment là.
Je me demande ce qu'il est devenu depuis que nous nous sommes quittés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Coucou l'ami. [Pv Hirvin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coucou me revoilà!
» Petit Coucou de la Guilde des Allobroges
» un petit coucou d YVA
» Coucou mon chou, j'ai besoin d'un bouche-trou [Victor & Clara]
» Petit coucou d'une contrée lointaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evaleon :: Perce-ciel  :: L'extérieur :: Le terrain de foot-
Sauter vers: