Evaleon, un monde sur lequel vous apprendrez à vivre d'une manière ou d'une autre. Suivre des cours dans une école militaire ou vivre une vie normal de ce monde !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En avant et pas en arrière, je débarque. Crépuscule.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crépuscule Korval

avatar

Messages : 8
Ton perso en 3 mots. : je suis inexplicable.
Citation : Hier n'est pas demain, donc pense à l'avenir.
Date d'inscription : 15/12/2016

MessageSujet: En avant et pas en arrière, je débarque. Crépuscule.   Jeu 15 Déc - 16:00


Crépuscule Korval

Je m'appelle Crépuscule Korval, j'ai 18 ans Je suis Garçon! J'appartiens au groupe des élève troisième année. En ce moment je suis de niveau A. J'ai choisi la tête de Allen Walker dans D Gray Man.

J'ai un pouvoir, ce pouvoir est Lacération de l’âme, que je vais vous décrire... Je peux au moindre contacte faire souffrir une personne voir même la tuer si le contacte est très long. Mais aucun dégâts physique ou mental n’en ressort..
❝ Si je pouvais j’effacerai mon passé. ❞


Caractère


Je suis un type calme, ça a demandé du temps, mais je le suis devenu, effectivement. Avant j’étais peut le type le plus pressé d’en finir avec ce que l’on me demandait de faire. Mais un travaille sur moi même à fait que je suis devenu un type calme. Même les océans pourraient m’envier je pense. Les rares choses qui pourraient m’irriter sont… Les choses de mon passé, mais il n’y pas que du mauvais dans mon histoire. Je pense sincèrement que tout le monde peut changer, que ce soit en bien ou en mal, mais si l’on est bien encadré, tout ira pour le mieux.

La justice ? Je n’ai pas encore compris ce que c’était exactement, pour moi il n’y en pas. Il faut juste suivre ce que l’on nous dit si l’on désire que cela aille, malheureusement, j’aime faire les choses à ma manière, ce qui ne doit pas plaire à tout le monde. Je peux aider aussi bien l’ennemi du moment comme je peux me mettre contre lui, enfin… Parait que j’agis comme un ange gardien quand les choses me prennent à coeur, puis je nier cela ? Je ne crois pas. Pour moi la justice est d’aider ceux qui en ont besoin et qui le mérite.

Souriant d’apparence je ne suis pas le type qui vous fera la gueule au premier regard, bien que je pourrais me montrer méfiant. Mais qu’importe à vos yeux, si vous êtes gentil on pourra s’entendre, mais si vous ne faites pas dans la bonne voie, y a des chances qu’on devienne ennemis. Ne croyez pas que je sois un monstre, car je laisse toujours une chance de se rattraper aux gens, j’y ai eux le droit, alors je ne vois pas pourquoi n’en aurait pas le droit.

J’ai une énorme confiance en moi, ce qui peut dérouter plus d’un. Le seul détail est que… Si je m’énerve je ne contrôle plus rien et deviens monstre sans coeur. Mieux vaut éviter de me chercher en fait. M’enfin la confiance ça se gagne, je ne peux la confier à n’importe qui, mais je sens facilement à qui je peux ou non faire confiance. C’est comme un sixième sens vous voyez ? C’est peut être dû à mon passé.




Physique


Ma taille est de 1m85, j’ai un poids moyen, mais ne vous y trompez pas, c’est du muscle… Mon allure plus athlétique et sportive que certains, je ne compte pas le nombre de cicatrices que je porte dû à un lourd et douloureux passé, sur le visage j’ai même un tatouage… Tatouage qui chaque matin me rappel mon histoire que j’aimerai oublier. Que dire d’autre ? j’ai des cheveux d’un blanc neige et des yeux bleu turquoise. On dit souvent que mon regard est doux et réconfortant, cela se voit que beaucoup n’ont jamais vu mon regard meurtrier. Un grand homme m’a dit : « C'est se genre de regard que je ne souhaiterais avoir pour rien au monde. » Enfin bref. Je suis moi vous êtes et c’est tout.




Histoire


Du plus loin que je me souvienne… Ma vie n’a été que violence. Tout ce que j’ai fais dans cette période j’aimerai tant l’oublier, mais… C’est fortement ancré en moi. Mon nom est Crépuscule, il me vient de celui qui m’a dresser. Oui… Considéré comme un animal depuis longtemps, j’ai longuement combattu, il m’est arrivé de tuer pour ma survie. Des actes si horrible depuis mon plus jeune âge. Pourquoi ? Tout ceci pour de l’argent. Mon âme en est rongé par instant, il m’arrive encore au présent d’y penser. Je n’ai jamais connu mes parents, ils seraient morts d’après la police, assassiner pour que l’on m’enlève. Je ne sais rien de ma vraie famille, celle ci doit sûrement me penser mort depuis.

Mon affrontement le plus marquant fut contre un homme pouvant changer son corps en acier, des coups j’en ai reçu, j’en ai tellement reçu et tellement donné… Il était appelé Titan, mais ce dernier n’a pu résister à sombrer dans les limbes, c’est moi même qui l’ai tué, mon pouvoir… Est… Dangereux. Ayant apprit à le maîtriser, par moment il m’arrive à le haïr, il ne fait que le mal, il ne fait que blesser ! Et il peut tuer… Le simple fait de toucher une personne et garder un contacte assez long peut la tuer. Heureusement j’ai appris à le maîtriser.

La liberté ? Je ne l’ai connu que trop tard, oui, lors d’un affrontement, la police débarqua, pour mon adversaire c’était déjà fort trop tard, il était mort, le sang que ce soit le mien et celui de mon adversaire, ils c’étaient mélangés. Cette vision écoeura les agents, pour ma part, mon combat n’était pas terminé, mon maître m’avait ordonné de me battre jusqu’au bout. Tel un animal sauvage je me jeta rapidement sur les agents, très vite je sombra dans l’inconscience, un coup de tazer faisait l’affaire. Quand je me réveilla j’étais dans un hôpital, c’était la première fois que je pouvais voir autre chose que des barreaux, ce qui sur le coup m’avait effrayé j’avoue… Un homme se tenait dans la pièce, il connaissait mon matricule, Crépuscule… Il essaya de m’expliquer ce qui allait m’arriver, à l’époque je ne saisissait pas, j’avais quatorze ans, mais je ne comprenais pas ses mots. Le temps de me rétablir, un psychologue venait chaque jour accompagner de l’inspecteur, tout ça pour la sécurité. Mais je ne parlais pas, je ne disais pas le moindre mot, pour moi… C’était une nouveauté de ne pas être attaché ou avoir un collier autour du cou.

Il fallut trois bon mois avant que je ne dise le moindre mot, je répétai sans cesse le mot « Tuer. » En vérité je voulais les tuer car c’était l’ordre que l’on m’avait donné, malgré que mon maître ai été tué lors de l’assaut de la police. J’en étais le seul survivant car ceux s’étant fait arrêter soit ils c’étaient donné la mort, soit… Ils étaient déjà morts… Enfin… Je rencontra pour la première fois à l’extérieur, une personne… En fait l’inspecteur Korval m’emmena chez un homme nommé Hirvin VonIrir. Apparemment il lui avait expliqué la situation et Hirvin ne put refuser. C’est quelques instants après, quand l’inspecteur fut partit qu’Hirvin eut une discussion avec sa compagne. Moi pendant ce temps là, j’avais élu domicile dans une garde robe… Les vêtements eurent finis en lambeau pour me servir de lit.

Quelques jours après, je me retrouva à avoir une chambre… Honnêtement je ne comprenais pas. Je pensais à un piège, mais ce n’était pas le cas. Les journées se firent simple, tentative d’apprendre à lire, tentative de communication, moment en vraie… Pauvre Hirvin. Deux semaines de calme après, apparemment j’avais l’air d’être plus social, il vint m’amener à l’orphelinat pour jouer avec des jeunes de mon âge… Moment de regret pour Hirvin… J’eus envoyé deux gamins de mon âge à l’hôpital, ce fut les pleures de ses derniers qui avaient alarmés Hirvin et les personnes s’occupant de l’orphelinat. Le vieux me ramena chez lui essayant de parler, mais le seul mot qui me sortit de la bouche fut le suivant : « Tuer. » Je peux vous assurer que cela ne lui a pas plu. Mon regard était à l’époque meurtrier, noir enfin… Vous aurez compris. La suite ce fit dans le jardin, là où… Une rixe eut lieu entre lui et moi. Bien que l’on s’échangea des coups, mon objectif à moi était de tuer… Je ne pouvait faire que ça. Ce fut quand il ressentit l’intense douleur dû à mon pouvoir qu’il vint me plaquer au sol me rouant de quelques coups, mais au lieu de m’achever… Il vint frapper à raz de mon visage pour cogner le sol. Ce fut pour la première fois que je compris qu’il y avait une autre alternative que la mort. Il me le prouva en m’amenant à l’hôpital.

Des mois passant, quatre exactement, Hirvin eux l’idée de génie… Regarder un film avec moi, c’était un film des plus chiant…. La preuve Hirvin changea de chaîne, mais quand je vie la violence dans la chaîne qu’il vint de mettre, le pauvre n’eut le temps de changer que mon poing avait traversé l’écran, je vous raconte pas la douleur du coup de jus que j’ai reçu. Je pense encore que ce jour là Hirvin avait compris à quel point pour moi la violence était devenu insupportable. Je faisais des efforts surhumain par moment, en fait par la suite on ne fit que regarder des dessins animés, à force que ce soit lui ou moi… Les dessins animés, c’était devenu notre dada. Bref…

Vers mes quinze ans, Hirvin réitéra l’expérience de l’orphelinat. Je pouvais sentir son stress, moi imaginez ce que je pouvais ressentir… J’avais peur que cela recommence, que je ne me contrôle pas. Nul ne m’approcha à l’orphelinat se souvenant de ce que j’avais fait. Même les nouveaux orphelins me craignaient. Mais je n’étais pas le seul à l’écart, un prénommé Liam était tout aussi seul que moi. Hors je ne pouvais l’approcher, je resta méfiant, méfiant de moi même. Il nous fallut deux voir trois mois de solitude pour qu’on nous force à jouer à un jeu. Idée d’Hirvin je vous fais pas dire. Un chat perché… Et devinez qui devait attraper en début de partie ? Moi… Rien que moi. Ce fut vraiment rapide, connaissant mes aptitudes physique, je m’étais approché du plus lent et ayant apposé ma main sur son épaule je déclara tout simplement que c’était lui le chat. La suite fut des plus tristes… Moi et le prénommé furent mis à l’écart. C’est de là n’échangea quelques mots. Avec le temps ses mots devinrent des phrases, ce fut au fil du temps une ouverture d’esprit qui se fit, bien qu’ils m’aidaient pour les devoir, Liam se demandait comment je faisait pour ne pas savoir écrire correctement ni même lire comme il fallait. La honte…

Un jour où l’orphelinat acheter de quoi faire un gâteau, on revenait du magasin, sur le chemin, j’eut aperçu un chat effrayé, un véhicule arriva à toute blinde, le fait de ne pas vouloir revivre certaines pensées me firent agir. Je me jeta pour protéger le chat, et Liam lui se jeta pour stopper le camion. Bien qu’on sur une courte distance, ni l’un ni l’autre ne fut blessé, le conducteur descendit du camion se demandant si on allait bien. Ma réponse fut un soupire de soulagement quand je vit que le chat n’avait rien. Liam quand à lui fut plus furax. Enfin passons cela. On arriva le soir à l’orphelinat où Hirvin nous attendait. Colérique il nous déclara qu’il aurait préféré voir le chat mourir que nous, mais je répliquai rapidement et d’une sèche que je ne voulais plus voir ni même tuer quoi que ce soit ! Ce fut pour mon seul ami une grande surprise de savoir que j’avais déjà tué. Hirvin nous fit la morale et commença à partir, je demanda exceptionnellement de rester plus longtemps à l’orphelinat, me sentant obligé d’expliquer quelques trucs à Liam. Ce fut de là qu’il entendit parlé de mon passé, mes souffrances et l’explication de cette marque sur le visage. Bien que cela me faisait du mal d’en parler Liam comprenait.

Maintenant devinez où je suis. A Perce Ciel, en troisième année, j’aurais pensé logique d’entrer en première année, mais Hirvin avait insisté. Peut être dû à mon niveau sportif et ma maîtrise de pouvoir qui pour mon âge reste surprenant. L’aventure commence. Mais avec un mois de retard.


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 02/08/2015

MessageSujet: Re: En avant et pas en arrière, je débarque. Crépuscule.   Jeu 15 Déc - 16:15

Crépuscule bienvenue moi. Bon bah vu que je le fonda je me valide héhé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evaleon.forumactif.org
 
En avant et pas en arrière, je débarque. Crépuscule.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un véritable ami vous poignarde en face! [ Combat: Gilles de Rais vs Aiakos ]
» Roulade avant, roulade arrière.
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» Armure: le bras

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evaleon :: Les premiers pas :: Présentation :: Présentation Validées-
Sauter vers: