Evaleon, un monde sur lequel vous apprendrez à vivre d'une manière ou d'une autre. Suivre des cours dans une école militaire ou vivre une vie normal de ce monde !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Frères et soeurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shun Marshall

avatar

Messages : 11
Ton perso en 3 mots. : Regard de braise
Citation : Il n'y paraît pas, mais j'ai l'oeil vif vous savez.
Date d'inscription : 25/10/2015

MessageSujet: Frères et soeurs.   Mer 15 Mar - 0:15

Cela faisait quelques mois depuis la rentrée. Malgré mon stress, tout s'était plutôt bien passé et les élèves étaient plutôt assidus en cours. Bien entendu, il y avait toujours des cas à part. Certains qui donnaient l'impression d'être au bord du décrochage scolaire – mais bon, cela devait aussi venir de la matière que j'enseignais, l'histoire ne passionne pas tout le monde comme moi – d'autre qui étaient un peu facilement distraits, parfois trop, et d'autres, un peu plus rare, étaient de véritable prodige. Pour être tout à fait honnête, une seule élève remplissait ce critère. C'était Elya Tosama, et elle était à peu de choses près l'élève parfaite. C'était bien simple, à chaque fois que je corrigeais ses devoirs, je m'y reprenais toujours à plusieurs fois afin d'être sur de ne pas avoir laissé passé une erreur tant ses travaux étaient parfaits en tout point. Il m'était plus rare de lui mettre un 18 qu'un 20, ce qui, il fallait se l'avouer, était vraiment exceptionnel. Mais alors pourquoi n'était-elle pas totalement parfaite comme élève ? Et bien Elya avait un soucis, elle ne parlait pas. Ou presque pas. Elle était très très réservée et timide, se contentant de venir en classe, d'assiter au cours et de tout enregistrer comme si elle avait un magnétophone intégré aux oreilles, puis de quitter la classe sans un mot, toujours collée par son grand frère Toma, d'ailleurs. Celui ne la lâchait pour ainsi jamais, si ce n'est quand elle allait aux toilettes ou dans les vestiaires des filles pour les cours de sport – grand dieu, merci bien, il n'allait pas aussi loin que cela.

Mais cet état associable avait posé beaucoup de soucis à mon collègue Sloan, qui s'occupait des cours de maîtrise des pouvoirs. Déjà, Elya elle-même n'avait pas connaissance de son propre pouvoir, et malgré toutes ses tentatives d'en parler avec la jeune fille, elle était restée muette sur le sujet, rendant ainsi le travail de Sloan dans ses cours totalement impossible avec elle. Si bien qu'il m'avait demandé pour une petite entrevue afin de trouver un moyen de la faire sortir de son mutisme quasi chronique. Pourquoi moi, je me posai un peu la question au départ, je l'admets. Peut-être était-ce dû au fait que je devais gérer ma petite sœur qui était autiste, et que par ce fait cela me donnait une certaine expérience qui pourrait s'avérer utile avec Elya. Il est vrai que Sloan était au courant de tout cela, mais j'aurais été surpris que s'en soit la principale raison. Enfin, peu importe, une élève avait besoin de moi pour régler ses soucis, en tant que professeur responsable et surtout en tant qu'être humain, je me devais de répondre à l'appel.

Ce jour là donc, j'avais prévenu Aïko que je rentrerais plus tard que prévu, ayant une petite entrevue avec un collègue pour discuter d'une élève dont le comportement nous intriguait. Une fois les cours fini, je rangeai alors mes affaires dans mon sac en bandoulière, puis je regagnais la salle des professeurs qui était pratiquement vide à cette heure tardive. J'appuyai sur le bouton de ma montre, cette dernière m'indiqua 18h12. Parfait, le rendez vous était à 18h30, j'avais donc le temps de me poser un peu, me prendre un café et pourquoi pas appeler Aïko un peu ? Elle devait déjà être rentrée vu l'heure. Je m'installai donc, me servit un café bien chaud et sucré, puis prit mon téléphone et articulai distinctement à l'attention de la synthèse vocale de mon appareil le nom de contact adéquat.

« Appeller Madame Toudouce.


*bip* MADAME TOUDOUCE. APPEL EN COURS. *BIP BIP BIP*


- Allô ?
- Coucou, mon coeur, c'est Shun. Comment vas-tu ?
- Owh, chéri, c'est toi ! Mais tu n'avais pas une réunion ce soir ?
- Si si, mais c'est dans 10 minutes. Je me suis dit que j'allais t'appeler un peu, pour te tenir compagnie. Je ne te manque pas trop ?
- Oh, si tu savais ! J'adore quand tu n'es pas là, je peux inviter mon amant à la maison, hihi ! »
répondit Aïko sur un ton amusé et plaisantin.
« Tout comme moi j'invite la mienne quand je suis seul, haha.
- Tu sais bien que je n'ai que toi, Shun. Il est vrai que j'aurais aimé que tu rentres tôt ce soir, mais le travail c'est le travail, et je suis heureuse que tu t'y sentes bien, mon chéri. C'est merveilleux pour toi.
- Je n'y serais pas arrivé sans toi, Aïko. Tu as toujours été d'un grand soutien pour moi. »
Je fis bipper ma montre. Il était bientôt l'heure. « Navré, mon coeur, mais Sloan ne va pas tarder, je dois te laisser. Promis, je t'appelle quand j'ai fini pour te dire quand je rentre. À tout à l'heure, je t'aime.
- Je t'aime aussi, Shun. À tout à l'heure. Si tu es sage, tu auras droit à une surprise. Bisous ! »


Je raccrochai alors, le sourire aux lèvres. Parler avec Aïko me mettait toujours dans cet état de béatitude. Je l'aimais tellement, et je ne sais pas si un jour j'arriverai à lui montrer à quel point. Mais alors que j'étais tout sourire, je perdis vite ma bonne humeur alors que la porte s'ouvrit. Alors que je m'attendais à accueillir Sloan, j'entendis une démarche qui était tout sauf celle de Sloan. Bien trop féminine, pas assez appuyée. Le pas était plus souple, donc la personne beaucoup moins massive que Sloan ne l'était avec sa carrure de militaire. Et quand la porte s'ouvrit, je sentis une odeur de parfum. À moins que Sloan ne soit devenu du genre coquet, il s'agissait donc bel et bien d'une femme. Et je devinai de qui il s'agissait…

« Bonsoir, Ada … Je ne m'attendais pas à te voir. Enfin… voir c'est un bien grand mot. J'attendais Sloan, mais si tu es là, je suppose qu'il ne viendra pas et qu'il t'a chargé de venir à sa place. » dis-je d'une voix sèche, mais sans agressivité. La soirée s'annonçait longue et éprouvante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Marshall

avatar

Messages : 10
Ton perso en 3 mots. : Assistante de Sloan
Citation : Il y a toujours une solution
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frères et soeurs.   Mer 15 Mar - 1:16

Déjà deux mois que j’étais l’assistante de Monsieur Blayne, ce… Professeur avait le don de me perturber au plus au point. Pourquoi ? Mais cet homme était totalement barré ! Et le pire dans tout ça, c’est que ses techniques totalement excentrique et au semblant anarchiste marchait !
Il se comportait parfois même comme un élève, si bien que j’en venais à croire qu’il testait mes capacités à gérer une situation. Car oui, je pense que se professeur aux abords farfelues étaient que trop intelligent et calculateur.
Je ne peux pas en vouloir à son côté calculateur, je le suis également…
Aujourd’hui avait été une journée particulièrement mouvementé pour lui et moi. Les élèves s’étaient montrés un peu dissipé. Fin de semaine oblige je suppose ? En tout cas, moi et mon supposé chef avions bien géré la situation.
J’avais comme seul espoir de cette longue journée mon repos bien mérité. Alors que je m’apprêtais à saluer mon collègue avant de repartir, il me fit un petit signe de main pour me faire patienter car son téléphone sonnait. Son visage semblait assez grave, cela m’intriguait et je l’observais parler discrètement dans son coin avec son interlocuteur.

Quand il revint vers moi, il me demandait alors d’un air un peu gêné si je pouvais assurer un rendez-vous entre collègues à la salle de réunion à propos d’Elya Tosama. A peine j’eus le temps de répondre oui qu’il était déjà à la porte pour partir en me saluant brièvement. Bon… Je... Suppose que mon repos bien mérité sera repoussé d’une heure ou deux. Aller Ada, pas de repos pour les braves !

Je fis glisser sur mon épaule une des lanières de mon sac à dos sur mon épaule droite et fonça en salle des professeurs en réfléchissant de ce que j’allais bien pouvoir dire au professeur en question. Sûrement une demande de Monsieur Blayne pour trouver une solution face au mutisme de la jeune fille. Il est vrai que cette élève était un cas particulier. Elle avait l’air brillante en tout, sauf en maîtrise de pouvoirs. A notre cours, elle s’ennuyait car elle même ne comprenait pas le sens et les capacités de ses pouvoirs. Pourtant, au vu des manifestations de celui-ci, il pourrait devenir puissant ou gênant au fil du temps, mais sans l’aide de la jeune fille, nous n’allons pas aller bien loin avec elle. Il fallait donc trouver des indices, des solutions… Une clef peut-être pour déverrouiller cette impasse qu’était son silence.

J’arrivais d’un pas pressé à la salle, l’ouvrant sans trop réfléchir. Craignant avant tout le retard car ce crétin… Ce… Supérieur… Ne m’avait pas donné d’autre information que le lieu et le sujet de la réunion !
Je portais alors ma vision sur la silhouette de mon frère que je reconnu entre mille… En faite, j’en venais presque à regretter de ne pas avoir fait mine que la réunion était annulé…

« Bonsoir, Ada … Je ne m'attendais pas à te voir. Enfin… voir c'est un bien grand mot. J'attendais Sloan, mais si tu es là, je suppose qu'il ne viendra pas et qu'il t'a chargé de venir à sa place. »  

Me lançait-il d’une voix froide… Génial… La soirée s’annonçait longue et éprouvante.

Mon petit frère avait le dos tourné à moi et je pouvais clairement constater que les muscles de ses omoplates se serrait, signe qu’il était probablement très frustré de me voir. Probablement ? Non, clairement il l’était. Intérieurement, je soupirais. Pourquoi se genre de tuile devait tomber sur moi ? Sans me contrôler, je prenais alors moi-même un ton froid avec une intonation qui pouvait faire penser à notre père.

« Shun. » Je laissais alors planais quelques secondes en guise de salut. « Sloan a dû s’absenter à la dernière minute, il m’a donc chargé de participer à sa place à la réunion et de prendre les notes nécessaires pour résoudre le souci avec l’élève Elya Tosama. Je ne pensais pas qu’il allait reposer cette réunion sur tes épaules. »

Je contournais doucement sa chaise pour m’asseoir en face de lui, sortant de mon sac à dos que je venais de poser à mes pieds mon carnet de note et un critérium pour les mettre sur la table.
Je gardais les yeux rivées sur mon cahier quelques secondes avant de poser par automatisme un regard froid et sévère sur mon frère.

J’étais tellement mal… Mal de le voir et d’être confronté à lui, mal de devoir subir la vision de l’échéance dans notre relation, mal d’être encore et toujours enfermé dans se rôle de grande sœur froide alors que de tout mon cœur j’aurais voulu que cela se passe autrement.

« Bien, faisons rapidement. Je suppose que tout comme moi, tu es très occupé. Elya Tosama nous poses souci en cours. Elle ne parle pas, ne participe pas… Elle a un don et je pense par intuition que celui-ci à du potentiel, mais rien à faire. C’est une tombe. A toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shun Marshall

avatar

Messages : 11
Ton perso en 3 mots. : Regard de braise
Citation : Il n'y paraît pas, mais j'ai l'oeil vif vous savez.
Date d'inscription : 25/10/2015

MessageSujet: Re: Frères et soeurs.   Mer 15 Mar - 1:43

Par moments, je me demandais si Ada n'était pas en réalité dotée de la capacité de manipuler la glace, tant elle jetait un froid lorsqu'on se trouvait dans la même pièce. J'étais médisant envers ma sœur, mais elle avait commis des actes impardonnables envers ma mère. Je ne pouvais décemment pas lui pardonner les mots durs qu'elle avait eux à son encontre, à mon encontre. Ces mots qui m'avaient mis dans une colère noire et qui avait provoqué le pire accident de ma vie, m'ayant coûté la vue et ayant failli coûter la vie de ma petit sœur Eloïse qui depuis, gardait des séquelles psychologiques et un retard mental certain. Par ma faute, mais aussi indirectement par celle d'Ada. Comment pourrais-je le lui pardonner, elle qui avait du jour au lendemain rejeté ma mère et tout l'amour qu'elle lui portait au profit de la compagnie de cette loque, ce déchet qu'était mon père biologique. Mais l'heure n'était pas aux règlements de compte. Nous avions du travail, et si Sloan s'était absenté, c'est qu'il devait avoir une raison, fut-elle sérieuse ou non, peu importait.

« Pardonne moi, Ada, je pense que nous sommes tout deux fatigués, alors excuse moi pour l'accueil. Tu as raison, j'ai pas mal de travail qui m'attends ce week end, mais je ne veux pas bâcler cette entrevue pour autant. Mettons nos griefs personnels de côté pour cette fois, veux-tu ? Il ne s'agit pas de nous et de nos histoires de famille, mais d'une élève qui a besoin de notre aide à tous les deux. Cela va donc bien au-delà de nos propres préoccupations personnelles. »

Je parlai d'une voix beaucoup plus posée et douce, comme à mon habitude. J'avais certes beaucoup de rancœur envers Ada, mais ce n'était ni le lieu ni le moment de régler nos comptes. Elya avait besoin d'aide et ils nous fallait trouver un moyen de la forcer à se dévoiler, le tout en douceur pour éviter qu'elle ne se replie sur elle-même et ne se ferme totalement au monde extérieur.

« Bien. Comme je m'en doutais et comme m'en avait déjà parlé Sloan, elle est muette comme une tombe et ne participe pas pour un sou dans son cours. Tu n'es pas sans savoir qu'en dehors des cours disons ''pratiques'' comme ceux de Sloan ou Hirvin, elle se montre tout à fait brillante. Cela dit, elle n'est pas beaucoup plus bavarde. Les rares fois où j'ai tenté de la faire venir au tableau ont été de vrais désastres. Soit elle monte sur l'estrade et reste totalement muette, soit elle n'ose même pas bouger. Je pense qu'elle a un gros problème de sociabilisation, et cela ne doit pas venir de nulle part. Et puis, j'ai aussi remarqué que son frère Toma ne la quittait pas une seule seconde et qu'il s'arrangeait d'ailleurs pour être toujours assis à côté d'elle. De ce que l'on m'a rapporté, il aurait même fait une scène en plein cours de Madame Hiryuko – tu sais, la professeur de mathématiques – quand celle-ci a fait s'asseoir une élève entre eux deux. Je ne sais pas ce que toi ou Sloan en pensez, mais je pense que le comportement surprotecteur de son frère doit y être pour quelque chose, d'une manière où d'une autre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Marshall

avatar

Messages : 10
Ton perso en 3 mots. : Assistante de Sloan
Citation : Il y a toujours une solution
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frères et soeurs.   Mer 15 Mar - 2:27

Ce qui je craignais, aller tourner à nouveau en scène familial à cause des pics incessantes de mon frère qui se heurtait à une femme aussi froide et expéditive que moi, n’eut pas lieu. Contre toutes attentes, Shun avait décidé de se calmer et de devenir doux dans ses paroles et par extension sérieux.

Je ne doute pas qu’il est sérieux dans son travail, mais il est vrai qui ne peut pas s’empêcher de me caler une ou deux pics dès qu’il me perçoit, même quand je ne lui adresse pas la parole. Je n’en avais rien à faire qu’il avait insinué que j’avais un mauvais comportement en voulant laver mon linge sale avec lui au boulot, car je n’étais pas à placer en faute vu sa si gentille pic à mon arrivé.

C’est étrange, intérieurement, je me sentais vraiment très agacé de me prendre une réflexion de sa part, je trouvais cela très hypocrite, mais d’un autre côté, à quoi cela m’aurait servis d’appuyer sur celle-ci. Il fallait donc que je ravale ma rancœur et que j’acquiesce devant un aveugle qui ne l’était décidément pas que physiquement. J’avais un réel objectif, tout autre que de répondre à mon frère en me laissant bouffer par ses remarques. Sortir la jeune Tosama de son silence.

« Bien. Comme je m'en doutais et comme m'en avait déjà parlé Sloan, elle est muette comme une tombe et ne participe pas pour un sou dans son cours. Tu n'es pas sans savoir qu'en dehors des cours disons ''pratiques'' comme ceux de Sloan ou Hirvin, elle se montre tout à fait brillante. »

« Oui tout à fait, cela va sans dire. »


« Cela dit, elle n'est pas beaucoup plus bavarde. Les rares fois où j'ai tenté de la faire venir au tableau ont été de vrais désastres. Soit elle monte sur l'estrade et reste totalement muette, soit elle n'ose même pas bouger. Je pense qu'elle a un gros problème de sociabilisation, et cela ne doit pas venir de nulle part. » Je commençais à prendre des notes de se souci de sociabilisation avant de poser mon regard vers mon frère, interpellée par la suite de ses paroles. « Et puis, j'ai aussi remarqué que son frère Toma ne la quittait pas une seule seconde et qu'il s'arrangeait d'ailleurs pour être toujours assis à côté d'elle. De ce que l'on m'a rapporté, il aurait même fait une scène en plein cours de Madame Hiryuko – tu sais, la professeur de mathématiques – quand celle-ci a fait s'asseoir une élève entre eux deux. » Il aurait alors carrément fait une scène à Madame Hiryuko pour une piètre place donc… Hm, je note... « Je ne sais pas ce que toi ou Sloan en pensez, mais je pense que le comportement surprotecteur de son frère doit y être pour quelque chose, d'une manière où d'une autre. »

Je prenais des notes tout en réfléchissant. C’est vrai que Sloan et moi avions remarqué se souci. Il est même arrivé parfois que le professeur qu’il était reprenne le dessus sur l’andouille de service pour les séparer, bien que gentiment certes, mais je sentais en mon collègue comme un certain agacement, mais aussi un désarrois.

« Toma Tosama à carrément interrompu le cours de Madame Hiryuko pour une histoire de place ? Oui effectivement, cela relève en effet un point important que Monsieur Blayn et moi-même avons déjà abordé et même tenté de résoudre... Son grand frère et trop sur son dos. A ce tarif, ce n’est plus de la protection. Après… J’ai discuté avec l’élève Toma, car mon supérieur a bien tenté de les décoller sans succès. Il prétend, ce qui, jusqu’aux dernières nouvelles c’est avéré vrai, que sa sœur à des gros troubles quand il s’agit de s’ouvrir à autrui et à communiquer avec le monde extérieur. J’ai pourtant bien vu Toma essayer de la laisser se débrouiller ou de l’amener à parler à d’autre personne que lui, mais rien à faire… Toujours et encore se silence. Les seuls fois où je l’entends parler, c’est à voix basse pour communiquer avec Toma. Je trouve qu’Elya à un comportement inquiétant et je ne serais pas contre un suivi psychologique scolaire, mais il semblerait qu’elle soit déjà suivi à l’extérieur pour cela car ils nous arrivent d’avoir des mots de se professionnel. Il ne faut pourtant pas lâcher prise avec cette élève, je pense qu’on a du omettre un détail, aussi infime soit-il. Il y a toujours une solution. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shun Marshall

avatar

Messages : 11
Ton perso en 3 mots. : Regard de braise
Citation : Il n'y paraît pas, mais j'ai l'oeil vif vous savez.
Date d'inscription : 25/10/2015

MessageSujet: Re: Frères et soeurs.   Mer 15 Mar - 13:07

La situation d'Elya était préoccupante. Son comportement n'était pas sans me rappeler celui d'Eloïse. Très intelligente, mais renfermée sur elle même. Sauf que pour Elya, cela me semblait pire. Car autant Eloïse avait des séquelles, autant elle réussissait à s'exprimer plus ou moins clairement avec les autres, et quand nous étions ensemble, nous avions notre propre langage et elle sortait presque entièrement de sa bulle, mais Elya semblait tout bonnement effrayée à l'idée de parler, même à son propre frère. Je n'en connaissais pas la cause, et nul doute qu'Ada et Sloan non plus, sans quoi ma sœur m'en aurait informé, mais cela ne m'augurait rien de bon. Je n'allais pas non plus imaginer quoi que ce soit sur Toma et sa relation avec sa sœur sans en avoir une quelconque preuve, mais il y avait quelque chose qui me titillait l'esprit, et je pense que le comportement de Toma y était pour quelque chose. Peut-être qu'en voulant trop bien faire pour sa sœur, il ne faisait que renforcer son mutisme et sa solitude.

« Elle a déjà un suivit psychologique, dis-tu ? Intéressant, est-ce que Sloan ou toi avez déjà été en contact avec ce professionnel ? J'aimerais le rencontrer si possible afin d'en discuter avec lui pour voir s'il n'y a pas des mesures que nous pourrions prendre à Perce-Ciel pour aller dans le sens de son travail. Puisque nous poursuivons le même but, autant agir de concert, cela n'aura que plus d'impact. »

J'entendais le crayon d'Ada griffonner des notes sur son calepin. Une chose que je n'aurai jamais à lui reprocher, c'est son assiduité et son sérieux dans son travail. Elle avait toujours été une travailleuse motivée à réussir ce qu'elle entreprenait, et ça, peu importe les griefs que nous pouvions avoir, c'était une qualité indéniable qu'elle possédait. Intérieurement je me sentais extrêmement mal à l'aise. Ada était quand même ma sœur, et je crois que bien plus que de la rancoeur, c'était de la tristesse et un profond sentiment de trahison que je ressentais au fond de moi d'avoir vu la personne qui m'avait toujours protégé retourner ainsi sa veste du jour au lendemain et nous abandonner, maman et moi, pour aller vivre avec un monstre qui nous avait tout prit. Mais l'heure n'était pas aux lamentations, aussi je me focalisais de nouveau sur l'instant présent.

« Je ne sais pas ce que tu en penses, mais je me dis que nous devrions peut-être essayer de les séparer un peu tous les deux. Faire en sorte que Toma soit moins présent autour d'Elya, pour la forcer petit à petit à s'ouvrir aux autres. Car j'ai l'impression que tout ce qu'il fait, même avec les meilleures intentions, ne fait que renforcer son état actuel. Je pense qu'elle a besoin qu'on la laisse un peu nager dans l'inconnu pour qu'elle se rende compte que le monde extérieur n'est pas si dangereux que cela. Bien sur, il faudra la surveiller, et même si elle est suivie par un psychologue en dehors de l'école, je pense qu'il faudra lui prescrire quelques séances avec la psychologue scolaire afin d'avoir un suivit plus régulier et directement dans nos murs. Qu'en penses-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Marshall

avatar

Messages : 10
Ton perso en 3 mots. : Assistante de Sloan
Citation : Il y a toujours une solution
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frères et soeurs.   Mer 15 Mar - 17:58

Shun était très intéressé par le prétendu suivi psychologique externe d’Elya, essayant même de savoir si Sloan avait eu un contacte avec ce professionnel pour en tirer plus d’information. De mémoire, non, Monsieur Blayne n’avait pas essayé de joindre cette personne. Car un psychologue, comme tout professionnel de santé, est tenu au secret professionnel. Nous même nous l’étions de part nos responsabilités avec les élèves.
Je continuais néanmoins de prendre les notes de ce que me disait Shun, il fallait bien que je fasse un compte-rendu exemplaire à mon chef afin qu’il puisse prendre les mesures adéquates avec cette jeune fille qui n’en finissait pas de nous intriguer.
Je relevais les yeux sur mon frère quand il poursuivis ses mots. Il parlait notamment de séparer un peu plus le frère de sa sœur pour forcer Elya à s’ouvrir aux autres. Cela n’était pas bête, mais tellement dangereux… Je réfléchissais alors qu’il continuait de m’indiquer ses idées et notamment celui d’aller voir la psychologue scolaire.
Hm… Je réfléchissais quelques instants en étendant mes jambes sous la table.

« Oui, ce que tu dis en un sens est purement logique, néanmoins, tu ne prends pas assez de paramètre en compte à mon humble avis. Bon, pour commencer, Monsieur Blayne n’a pas, enfin… De mémoire, n’a pas contacter son psy. Il est évident que se serait inutile car il est tenu au secret professionnel. Normale. En revanche, l’idée de lui faire quelques séances ici, à Perce Ciel n’est pas une mauvaise idée en soit. La mauvaise idée serait d’essayer de séparer Elya de Toma. Je crains qu’en faisant cela, même à petite dose, elle face un décrochage scolaire et ça, Monsieur Maya ne nous le pardonnerait pas. Pour le moment, je serais plus d’avis à proposer des petites montées de difficulté en douceur. Déjà lui annoncer des éventuelles séances avec Madame Migrie pour qu’elle se fasse à la nouvelle et ensuite et seulement ensuite, lui faire quelques exercices d’autonomie très encadrés. Toma nous soutiendra dans la démarche je pense, il dit souvent qu’il aimerait voir sa sœur un peu plus autonome pour qu’il puisse souffler. C’est un brave garçon qui essaye de faire le bien comme il le peut. » Après un court instant de silence, j’eus un éclair de génie. « Hey ! Mais si on leurs faisaient tout les deux des séances chez le psychologue ! Tantôt l’un avec l’autre, tantôt eux tout seul. Comme-ça, la psychologue pourrait travailler sur l’autonomie d’Elya et le souci de Toma qui n’ose pas par crainte de laisser sa sœur trop longtemps seul ! Qu’en dis-tu ? Bon, au cas où je me met l’idée de côté en tout cas. »

Je griffonnais de nouveau sur mon carnet, plongée dans une intense réflexion des éventuelles réactions de nos deux élèves suite à cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shun Marshall

avatar

Messages : 11
Ton perso en 3 mots. : Regard de braise
Citation : Il n'y paraît pas, mais j'ai l'oeil vif vous savez.
Date d'inscription : 25/10/2015

MessageSujet: Re: Frères et soeurs.   Mer 15 Mar - 21:39

L'idée d'Ada n'était pas dépourvu de sens. Il est vrai qu'après réflexion, séparer brusquement Elya de Toma risquait de provoquer davantage de soucis que d'en régler. L'une se renfermerait totalement, et l'autre risquerait de s'emporter et de faire à nouveau une scène, ce qui lui attirerait des problèmes vis à vis du corps enseignant. L'idée de les faire aller tour à tour chez le psychologue, tantôt ensemble et tantôt séparément était sans doute la meilleure des solutions. Je réfléchissais alors à un autre élément : qu'en était-il des parents ? Sloan les avait-il déjà convoqué pour les mettre au courant ? Si ce n'était pas le cas, je pense que j'allais m'en charger, car Toma ne devait et ne pouvait pas assurer l'éducation de sa sœur, c'était là le rôle de leurs géniteurs.

« L'idée me paraît plutôt intéressante. Je vais voir avec Mme Migrie et lui en parler dès lundi. Cependant, je viens de penser à quelque chose. Sloan a déjà convoqué les parents d'Elya ? Si ce n'est pas le cas, je pense également m'en charger afin d'en discuter avec eux. À défaut de pouvoir nous aider, je pense qu'il nous faut au moins les prévenir de la situation dans laquelle leur fille se retrouve à l'école, car je doute qu'elle ne leur en ai parlé. Et Toma non plus. Il a vraiment l'air de prendre à coeur la protection de sa sœur, si bien que je le pense capable de garder ça pour lui pour prouver à ses parents qu'il peut se débrouiller comme un homme. Bref, je note ton idée et en toucherai deux mots à Mme Migrie. Si tu n'as rien à ajouter, je pense que nous pouvons en rester là pour le moment, qu'en dis-tu ? Je ne crois pas que l'on puisse faire bien plus ce soir que d'exposer les faits et d'envisager des solutions. »

Je commençai alors à ranger mes affaires petit à petit. J'appuyai sur le petit bouton de ma montre qui m'indiquait qu'il était presque dix neuf heures. Fichtre, le temps avait passé vite. Tant mieux, j'étais pressé de rentrer chez moi et de retrouver ma Madame Toudouce. Je me levai alors et me dirigeai vers la porte que je tenais ouverte pour laisser passer Ada. J'aurais eu encore mes yeux, je l'aurais suivie du regard, sans doute. Mais je me contentai de rester debout contre la porte ouverte à attendre qu'elle sorte. Lorsque nous fûmes sortis, nous prîmes tous deux la direction du portail nord de l'académie pour ensuite rentrer chez nous. Une fois arrivés au dit portail, je me tournai vers Ada, me voulant d'être tout de même poli par respect professionnel.

« Bon, et bien, bonne soirée Ada. Passe un bon week end et repose toi bien, je sens que nous aurons du pain sur la planche avec ces deux là prochainement. »

Alors qu'elle me répondait, je ne compris pas moi-même ce qui me prit de l'enlacer tendrement. J'avais agis sans m'en rendre compte, mais j'avais fait quelques pas vers Ada et l'avait prise contre moi. Pourquoi ? Pourquoi, alors que je ne nourrissais que rancoeur envers ma sœur âinée, l'avais-je serré contre moi comme si rien de ce qui nous avait séparés ne s'était produit ? Sans doute qu'au fond de moi, j'espérai un jour la voir revenir à la maison, nous dire qu'elle regrettait ce qu'elle avait fait, ou encore que je me réveille un beau matin et que toute cette histoire familiale tragique n'était qu'un mauvais rêve. Quoiqu'il en fut, je me reculai une fois que j'eu réalisé mon geste, tout penaud et tout gêné.

« Je euh … Je suis désolé, Ada … B… Bonne soirée. » répondis-je maladroitement avant de me diriger vers mon arrêt de bus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Marshall

avatar

Messages : 10
Ton perso en 3 mots. : Assistante de Sloan
Citation : Il y a toujours une solution
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frères et soeurs.   Jeu 16 Mar - 16:18

L'idée semblait avoir fait mouche pour Shun, il l'a trouvait plutôt intéressante à tester. Je notais sur mon carnet l'approbation de mon frère à cette supposition de rendez-vous psy pour la fratrie Tosama. Quand il abordait la question, à savoir si Sloan avait convoqué les parents d'Elya, je lui répondis brièvement non, mais tout comme l’approbation, je notais l'idée de mon frère afin que Monsieur Blayne ait un bon rapport de la réunion.

A peine eut-il finit sa petite tirade qu'il rangeait déjà ses affaires progressivement. Un peu étonné, je fis de même en mettant mon sac à dos sur mes genoux afin d'y glisser mes notes. Shun tapota alors sa montre avant de se relever, pressé de partir de la salle. Bon. Je suppose que nous allons finir là.
Je mis ma veste puis mon sac à dos sur les épaules pour passer la porte que mon frère m'avait étonnement ouverte. D'ordinaire, il aurait fait mine de ne pas me percevoir et serait partit en galopant ou en refermant la porte sur mon nez, mais là, il me l'avait ouverte. Par réflèxe, j'avais redressé un peu le bras, mais Shun m'avait réellement maintenu l'ouverture.

Tout deux, nous prîmes la direction du portail nord de l'académie, bien évidemment personne n'adressait la parole à l'autre et c'était sûrement mieux comme-ça. Je n'avais qu'une crainte, c'était de recevoir encore une satané pique entre les dents. On a déjà évité la catastrophe lors de la réunion, alors serrons les dents pour que ça tienne jusqu'à ma voiture...
Arrivée au portail, j'eus un frisson en entendant mon frère m'adresser la parole, mais c'est avec surprise que je reçu ses mots.

« Bon, et bien, bonne soirée Ada. Passe un bon week end et repose toi bien, je sens que nous aurons du pain sur la planche avec ces deux là prochainement. »

Un peu perturbée, je lui répondis alors « Hum... Ouai, merci, toi aus... »

Sans m'y attendre, il m'enlaçait alors. Je sentais ses mains dans mon dos le frotter légèrement alors que son visage était blottit à mon épaule. Stupéfaite, je restais immobile, mes mains hésitants à faire de même, mais au moment de poser mes mains sur son dos un peu fébrilement, il se retira totalement confus et saisie de rougeur il s'excusa pour me souhaiter la bonne soirée. Je voyais alors partir mon frère maladroitement à son bus, mais cette imbécile se diriger droit vers des poubelles. Sentant un vent léger passer au dessus de nous depuis tout à l'heure, j'en saisie ses particularités pour l’amplifier entre mes paumes puis je jetais se courant d'air créer pour qu'elle décale la poubelle de plein fouet. Cela fit un bruit pas possible, mais au moins, mon frère ne s'était pas pris les pieds dedans. Ouf...

« Bonne soirée petit frère... »


Je murmurais avec une certaine tristesse toujours immobile au portail... Je soupirais alors en secouant faiblement mon visage de gauche à droite puis je regagnais ma voiture avec une expression marqué par de la morosité.
Une fois dans mon véhicule, je claquais la porte et mis le contact. Un peu pensive, je sortis de mon emplacement de parking en songeant, roulant au pas dans le parc de stationnement. C'était agréable d'avoir pu serrer mon frère, ça faisait longtemps que cela n'était pas arrivé. Ça se compte en année désormais... Il me manque tellement.
Si il savait à quel point je souffre de me réduire au silence pour les protéger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shun Marshall

avatar

Messages : 11
Ton perso en 3 mots. : Regard de braise
Citation : Il n'y paraît pas, mais j'ai l'oeil vif vous savez.
Date d'inscription : 25/10/2015

MessageSujet: Re: Frères et soeurs.   Mer 3 Mai - 22:38

J'avais le tournis, comme si le monde autour de moi voguait sur un océan en pleine tempête. Le bus me donnait l'impression de faire un roulis incessant, ce qui m'en donnait presque la nausée. Je ne comprenais pas ce qu'il m'avait prit d'enlacer ainsi Ada. Depuis maintenant dix ans, nous ne nous parlions plus. Dix ans maintenant qu'elle nous avait trahit, ma mère et moi, dix ans qu'elle m'avait planté un poignard dans le coeur en préférant rejoindre ce monstre qui n'avait jamais eu la moindre affection pour elle comme pour moi. Et dire qu'il y a dix ans, je perdais la vue … Mais ce jour là, j'ai perdu quelque chose de bien plus précieux encore, j'ai perdu à tout jamais l'amour d'une sœur qui avait pourtant toujours été là pour moi durant notre enfance, une sœur qui avait toujours soutenu ma mère, qui avait parfois même prit des coups à ma place pour éviter que je finisse à l'hôpital. J'aimais Ada. J'aimais cette grande sœur qui se dressait devant moi pour faire écran à toute cette violence et cette haine qui me tombait injustement dessus, à moi comme à maman. Et j'étais d'autant plus triste de l'avoir perdue que j'étais persuadé au fond de moi qu'elle était là, quelque part et qu'un jour, peut-être, je la retrouverai. Quel utopiste je faisais. Ha ha ha, mon pauvre Shun, même si du jour au lendemain tu apprenais que tout cela n'était qu'un affreux cauchemar, cela t'aura marqué à vie.

La tête pleine de ces fourmillements d'idées pour le moins déprimantes, je descendis du bus et passa la porte avant de retirer mes chaussures et mon manteau. J'allais alors d'un pas lent vers la chambre pour déposer ma mallette et je m'assis alors sur le lit, le regard perdu dans le vide tandis que j'entendais les pas feutrés et léger de ma douce Aïko qui s'approchait. Je devinais d'ailleurs au ton de sa voix qu'elle était inquiète, sans doute m'avait-elle vu passer dans la maison tel un zombie sans âme. Je la sentis s'agenouiller devant moi et poser ses mains sur les miennes.

''Shun … Mon chéri, ça va … ?
- Sloan n'était pas là à la réunion, c'est Ada qui l'a remplacé …
- Oh … Et ça s'est mal passé, je suppose …
- Non, ça s'est bien passé, on a mit nos différents de côté et on s'est focalisé sur le boulot. Tout allait bien. Et en sortant … je l'ai serrée contre moi …
- Tu … Mais je croyais que vous ne vous parliez plus ? C'est une bonne chose si vous renouez petit à petit, Shun, je pense que …
- Non, Aïko, ça ne sera plus jamais comme avant. Peu importe ce qu'il se passe, on ne pourra jamais oublier, l'un comme l'autre, ces dix dernières années à se détester. Mais tu sais ce qui est le pire dans tout ça ?''
Ma gorge se serrait et ma voix commençait à trembler.
''Qu'y a -t-il Shun … ? Tu m'inquiète, mon toudoux …''

J'éclatai alors en sanglot et tandis que ma douce aimée me serrait tendrement contre elle, je lâchai difficilement :

''Ma sœur me manque …''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frères et soeurs.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frères et soeurs.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mieux se connaître, mieux se connaître...
» MIDAS™ ✻ One thing begets the next.
» WIZ KHALIFA ▬ A. Cameron Jackson
» Registre des frères et soeurs démons
» Entre frères et soeurs [PV William McKellen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evaleon :: Perce-ciel  :: Salle des professeurs-
Sauter vers: